Ma maman à moi

par Jean Podevin

C’est la fête des mères… quel bouquet lui offrir, pour lui dire combien on lui est reconnaissant d’avoir partagé sa propre vie, son propre sang pour que vienne le fruit  de son propre amour : moi ! Une maman c’est un trésor permanent, trésor de vie, trésor d’espoirs, trésor de patience, trésor de compréhension et de complicité. Une maman … on y était avant de respirer l’air du temps, tout niché et recroquevillé de confort et de sécurité, et pendant plusieurs mois s’il vous plait, jour et nuit, et où qu’elle aille : au marché ou au concert, dans le brouhaha de la ville ou le silence de la nature… , dans un crèche  ou en visite chez une cousine…partout !

Une  maman, c’est comme une partie essentielle de soi, une maman c’est un modèle du « chef d’œuvre » que je suis avec mes frères et sœurs.  Une maman est fière de son enfant, et c’est la raison pour laquelle elle est  souvent sur le « qui vive » pour « qu’il vive », désirant le meilleur pour le fruit d’une passion partagée avec le papa…

N’oublions cependant pas que nous avons aussi  une autre maman  qui nous a été confiée et à laquelle on peut toujours se confier : elle en a vu des évènements heureux comme terribles ! Elle s’appelle Marie et elle est toujours présente auprès de son grand fils, toujours prête à lui demander de veiller sur nous. 

En ce jour de fête des mères, fêtons les toutes deux : l’une est notre mère, l’autre est la mère de Dieu-Fils. Voilà encore un grand mystère, qui ressemble bien à ce que sont celles qui font le monde : nos mamans.

Et, comme dit la chanson arrangée, « si toutes les mamans du monde se donnaient la main » que serait le monde ? Voilà une bonne remarque, on peut y réfléchir longtemps !

Merci maman ! Voilà un bouquet de bisous, un paquet d’amour, une marée de sourires, rien que pour toi, tout à fait  entre nous, comme quand tu m’attendais !  Je t’aime.

Les commentaires sont fermés