Saint ! Qui l’est ?

par Jean Podevin

Bientôt nous allons fêter la Toussaint. Qu’est-ce à dire ?

Il ne faut pas croire que tous nos ancêtres le sont ou que nous le serons un jour, parce que nous sommes appelés à leur succéder. Notre tour ne viendra pas forcément !

Pour ce faire il faut trois conditions :

  • Sanctifier notre Créateur, d’une manière ou d’une autre et  reconnaître qu’Il nous appelle à devenir saint et qu’Il nous en donne les moyens… par son Fils.
  • Puis accepter que tous les hommes, nos frères, sont eux aussi des saints en puissance, appelés au même titre que nous à le devenir.
  • Et enfin accepter que nous puissions  le devenir à notre façon et nous y engager en toute liberté.

Mais, quand on saisit que Dieu est Amour, et qu’il nous a créés pour que nous puissions faire nos preuves en apprenant de Lui ce qu’est Aimer et en mettant en pratique le fruit de nos réflexions ou de nos prières, alors nous pourrons un peu compter sur sa miséricorde à notre égard comme à l’égard de « nos morts »  , comme envers  tous ceux qui sont maintenant dans l’éternité, quelle que soit leur origine et même leur croyance… dans la mesure où ils ont participé à son Amour de l’autre.

Nous serons sans doute étonnés dans nos futures rencontres au paradis de rencontrer ceux qui ont vécu sur notre petite terre. Car nous sommes de bien mauvais « juges » quand il faut apprécier la qualité  réellement amoureuse de nos proches.

Mais bon, ne jouons pas aux apprentis dieux, nous deviendrions des apprentis sorciers. Contentons-nous timidement de vivre dans ce monde trop violent d’être ou devenir non pas un mouton mais une colombe qui prévient un monde propre, nettoyé de tous nuages et sans éclaboussements d’éclairs intempestifs et orageux. Préparons le tsunami de l’amour, sans vanité, en toute naïveté, mais réellement, chaque jour un peu plus ou mieux. C’est peut-être cela et tout simplement le chemin de la Sainteté… Et de nous fêter sera inutile parce que trop tard et sans esbrouffe !

Ainsi la toussaint est un grand moment de remerciement et d’action de grâce à l’égard de celles et ceux qui, dans l’ombre ou la lumière, ont suivi Celui qui nous a tant aimé qu’il est ressuscité après être passé par la mort… Pour nous sauver de l’échec de la vie qu’il nous a offerte.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.